bouton_hover
Actualité publiée le 16/03/2009 à 00h01 par David

Catégorie : internet

Alors que la loi HADOPI n'est pas encore entrée en vigueur, la fréquentation des réseaux P2P commence à baisser pour laisser place petit à petit aux F2F (Friend to Friend). Les pirates sont-ils repartis dans leurs bâteaux à travers vents et marées rejoindre la baie des pirates ? Oups...
Trève de plaisanterie, certains utilisateurs des réseaux P2P ont préféré le Direct Download, le Streaming, Deezer, etc... PcWorld.fr annonce les chiifres parus dans le dernier rapport Net Ratings.
L'architecture même du P2P est en train d'évoluer pour s'adapter et contourner la loi HADOPI et ses projets en cours. Du coup certains réseaux privatifs commencent à faire leur apparition sur la toile, parmi eux la nouvelle version Limewire 5.1.1 du célèbre logiciel de P2P. Avec une base mondiale de plusieurs millions d'internautes cette application permet de créer des réseaux d'échange privés avec des personnes de confiance, c'est de cette manière que ses utilisateurs seraient abrités des sniffers d'adresse IP. Sur les réseaux P2P n'importe qui pouvait avoir accès aux données d'échange entre particuliers et c'est sur cette faille que le projet de loi Création&internet compte pour appliquer une surveillance répressive.
C'est là que les réseaux F2F privés(Friend to Friend) entrent en jeu et succèderont à terme aux réseaux P2P publics. Un exemple avec One Swarm, un logiciel gratuit inspiré du réseau Darknet et développé à l'université de Washington par des chercheurs. Il est compatible Bittorrent et permet de créer une liste de confiance, de répartir le flux, et supporte fermement le cryptage SSL, ce qui vous permettrai de ne pas transmettre de données comme votre adresse IP par exemple. Les performances de One Swarm pourraient être légèrement limitées à cause du cryptage SSL, d'une architecture cryptographique et d'un système de reécriture de l'adresse source évitant votre localisation. On trouve aussi un mode de téléchargement multi source et multi canal.
Le site "electronlibre" nous explique en détails comment One Swarm fonctionne : 

logo one swarmjpg 200x62 

"Au lieu de centraliser l’information permettant de savoir quel node du réseau détient quel contenu, comme sur les serveurs de trackers BitTorrent accessibles à tout public, OneSwarm localise les sources à travers le nuage de son réseau social, en l’inondant de recherches d’objets, sans qu’aucune donnée d’identification ne soit échangée entre l’émetteur et le récepteur d’un message ou d’un fichier, dont les adresses sont réécrites à de multiples reprises. Le protocole met aussi en oeuvre une système de transferts redondants qui empruntent le chemin inverse de la recherche, à travers de nombreux sauts, plutôt qu’une liaison directe entre pairs.
Chaque utilisateur est identifié par une clé cryptographique publique de 1024 bits qui permet de sécuriser ses communications. Cette clé d’identification permanente est associée, dans les communications avec les membres d’un groupe donné, à des informations de connexion temporaires (dont l’adresse IP, le n° de port, etc.), signées avec la clé publique de l’émetteur et cryptées avec celle du destinataire. Seuls les membres du groupe sont ainsi à même de recevoir cette information et de la décrypter. Impossible, donc, d’identifier des milliers d’ adresses IP à la volée.
Pour le transfert de fichiers, OneSwarm utilise le coeur de la technologie BitTorrent, mais au lieu d’établir une connexion directe entre pairs, il détourne le trafic BitTorrent sur son nuage social F2F et lui fait emprunter différents chemins de manière dynamique. Comme il identifie de nouvelles sources en permanence, en émettant des requêtes sur le contenu téléchargé, il n’a pas non plus à se connecter à un serveur centralisé pour obtenir une liste de pairs le mettant eux aussi à disposition."   

one swarm 

Avec de tels logiciels, les réseaux P2P publics tel qu'on les connait commencent à se faire vieux. Une nouvelle génération de logiciels, architecturés et conçus autour de réseaux privatifs favorisant l'anonymat des échanges de données, est d'or et déjà prête à prendre la relève. Mais surtout la Riposte Graduée est déjà contournée et mise hors service. Bref cette loi est déjà dépassée.

Source : electronlibre

Dernières actualités
Dans la catégorie internet
Ecrit par AaAa le 16/03/2009 à 00h20
Les réseaux privatifs d'échange de fichiers entre connaissances existe depuis un bon momemt déja quand même c'est pas nouveau.
Ecrit par david le 16/03/2009 à 08h11
oui c'est vrai mais peut-être pas aussi sécurisé et anonyme que One Swarm et la prochaine génération de réseaux privatifs qui sera surement encore re-travaillé.
Ecrit par Piwi le 16/03/2009 à 09h57
Je ne vois pas en quoi c'est plus sécurisé (à part pour le cryptage). Au bout de la chaîne il y a bien une IP qui communique avec la source à télécharger, de plus vu le nombre de sauts effectués c'est celui qui se situe au bout de la chaîne qui prend des risques (sans savoir que quelqu'un télécharge en passant par sa machine).
Ecrit par david le 16/03/2009 à 10h17
Pour toi quel sont les réseaux les plus sécurisés ?
Ecrit par BbBb le 16/03/2009 à 10h58
mouhahaha!
Ecrit par Daniel vangarde le 16/03/2009 à 21h45
7 OBSERVATIONS A PROPOS DU PROJET DE LOI H.A.D.O.P.I.
Par Daniel Vangarde, auteur-compositeur, éditeur et producteur de chansons.


Le projet de loi H.A.D.O.P.I. appelle de ma part (après quinze ans de recherches sur l'histoire contemporaine du droit d'auteur et de la propriété intellectuelle) les 7 observations suivantes:

1. Alors que ce projet de loi est censé protéger le droit d'auteur, l'intitulé "Haute Autorité pour la Diffusion des Oeuvres et la Protection des Droits sur Internet" ne fait aucune référence à l'auteur.

2. La diffusion des oeuvres est l'affaire des auteurs et des partenaires qu'ils choisissent. Ce n'est pas l'affaire d'une autorité administrative. En matière de droit d'auteur, il n'existe qu'une autorité, celle de l'auteur. L'autorité de l'auteur s'exerce à travers son droit (le droit d'auteur) de décider librement des conditions d'exploitation de son oeuvre, notamment la manière dont il souhaite la diffuser. Une "haute" autorité administrative qui se substituerait à l'autorité de l'auteur serait la négation même du droit d'auteur et de la propriété intellectuelle.

3. L'accaparement de l'autorité de l'auteur par une "haute" autorité qui s'autoriserait, sous le prétexte de la protection de la propriété intellectuelle et du contrôle de l'utilisation qui est faite de la musique, à surveiller et espionner la population* au mépris des libertés individuelles fondamentales, ne serait pas une première: un tel procédé fut instauré, mis en place et utilisé en Allemagne puis en France (agents assermentés de la Reichsmusikkammer/Kontrollabteilung et du C.P.A.D.C.E.M....) aux heures les plus sombres de notre histoire contemporaine.

4. Si les sociétés d'auteurs sont déterminées en 2009 à préserver coûte que coûte un système de contrôle et de gestion des droits d'auteur mis au point entre 1933 et 1944, c'est qu'il est impossible de passer d'un système à un autre sans faire l'audit du système que l'on va quitter.

5. Les sociétés d'auteurs unies derrière le projet de loi H.A.D.O.P.I., qui est soumis à la représentation nationale, se présentent comme les protecteurs des droits d'auteur générés par l'utilisation des oeuvres sur Internet. Or, ces sociétés (SACEM, SACD,SCAM, SDRM) ont signé le 13 mai 1996 un "Avenant au protocole d'accord général organismes nationaux de radio-télévision / sociétés d'auteurs du 11 juillet 1983 en ce qui concerne FRANCE 2" par lequel elles ont concédé à la télévision nationale le droit d'utiliser le répertoire qu'elles représentent pour "la diffusion de messages de toute nature (sic) par télématique et, notamment, via INTERNET", sans contrepartie financière. Ces sociétés d'auteurs ont en fait concédé à la télévision nationale française, sans autorisation préalable des auteurs ni contrepartie financière, le droit de diffuser sur Internet les oeuvres du monde entier, qu?elles représentent en France**.

6. L'économie des échanges de propriété intellectuelle à l'heure de la dématérialisation des supports et de la divulgation e-numérique de la création artistique, littéraire et scientifique doit être définie et construite en tenant compte des intérêts, des droits et des devoirs de chacun. Elle doit tenir compte également des évolutions de la société et des avancées technologiques, qui doivent être considérées comme des opportunités nouvelles et non comme des ennemies de la création. C'est un enjeu fondamental de ce début du XXIè siècle.

7. L'arsenal coûteux des technologies de surveillance d'Internet et de ses utilisateurs prévu par le projet "riposte graduée" de la loi H.A.D.O.P.I. (en langage militaire, la riposte graduée vise à éviter l'usage prématuré de la bombe atomique) ne saurait régler la question du téléchargement des fichiers musicaux et audio/visuels. Mais il pourrait être d'une sinistre efficacité en ce qui concerne la surveillance d'Internet et de ses utilisateurs.

* Contrôle et filtrage des réseaux, installation de mouchards électroniques au coeur des terminaux personnels permettant de connaître, contrôler et éventuellement sanctionner le comportement des utilisateurs, etc.
* * Les signataires de cet avenant sont Jean-Pierre ELKABBACH / FRANCE 2, Jean-Loup TOURNIER / S.A.C.E.M., Olivier CARMET (avocat de la S.A.C.E.M. jusqu'en février 1996) / S.A.C.D., Laurent DUVILLIER / S.C.A.M. et Jean-Loup TOURNIER / S.D.R.M..

Ecrit par david le 16/03/2009 à 23h04
merci Daniel pour ce superbe commentaire, ça fait plaisir
Ecrit par david le 17/03/2009 à 08h20
Encore une fois merci à Daniel pour son commentaire.J'avais déjà eu l'occasion de le lire sur le site d'éléctronlibre
http://electronlibre.info/Paranoid-Hadopi,276
Je suis totalement d'accord avec toi, Daniel.
Je tiens aussi à rappeler que tous ou la plus grande partie des internautes ou "pirates", comme certains les appelent, payent un abonnement mensuel ou bi-mensuel pour surfer chez eux. A quoi pourrait bien servir un abonnement internet illimité si les gens ne téléchargaient plus ? Pas besoin d'un accès illimité au net pour surfer quelques heures par jours, semaines ou mois !
De plus en cette période de crise ou même en temps normal, les gens n'achèteront pas plus d'oeuvres musicales, cinématographiques ou artistiques. Tout simplement car ils n'en ont pas les moyens.
Il faut arrêter de prendre les gens pour des vaches à lait.
L'industrie musicale est en crise et nous dit encaisser moins d'argent que prévue, et bien je leur dirai ceci : "bienvenue dans la crise mondiale !" Et je sais de quoi je parle je travaille dans l'acier pour l'industrie automobile et je perd 200? tous les mois, sans compter le fait que je peux perdre mon emploi à tout moment et je ne suis pas le seul français dans ce cas de figure, c'est pour dire ! Et les jeunes étudiants,jeunes chômeurs que vont-ils devenir ? Cela est un autre problème.
Bref tout cela pour dénoncer la soif d'argent des lobby musicaux et cinématographiques, car cela ne vient réellement du problème des droits d'auteur comme Daniel Vangarde nous l'explique si bien. L'auteur est libre de choisir et de réagir en son nom, d'où l'appelation "droits d'auteur".
Ce projet n'est qu'une vaste opération de surveillance organisée et anti-constitutionnelle, les personnes qui devraient payer ce manque à gagner si il y en a un, serait à mon sens les FAI auxquels nous versons un loyer mensuel.
Si la connection à internet était gratuite je comprendrai peut-être ce projet, et encore.
N'oublions pas que le telechargement permet aussi de faire découvrir à certaines personnes qui n'ont pas les moyens des artistes.
Par exemple lorsque je vois le cas de Mickaêl Jackson, qui n'a plus un rond et qui vend ses places de concert à des prix hallucinants, il y a de quoi rester perplexe et donner matière à réflechir. Heureusement il existe des artistes et des petits artistes beaucoup plus sérieux que ce genre d'extra terrestre même si j'aime bien sa musique je ne peux approuver son comportement stupide.
Comme le souligne si bien Daniel Vangarde, dans ce projet H.A.D.O.P.I. il existe trop d'incohérences.
Ecrit par Mr. Boule le 16/12/2009 à 17h25
J'ai cru comprendre que Mickael avait annulé ses dates ...
Ecrit par robby10000 le 22/03/2010 à 23h05
Salut, pour le téléchargement, l'installation et la config j'ai trouvé ce tuto.
plutot pas mal car il est basé sur la derniére version.
voila, a +

http://i-argent.fr/oneswarm.html
Accès membres


Se souvenir de moi



informations extremepc Copyright © 2017 - CNIL n°1232760 - - ExtremePC : Actualité Informatique flux rss actualités